LA BÊTE DE L'AUXERROIS

Publié le 11 Janvier 2017

LA BÊTE DE L'AUXERROIS

Une trentaine d'années avant les célèbres massacres de la bête du Gévaudan, une créature similaire avait déjà terrorisé les habitants de l'Auxerrois, particulièrement de Trucy-sur-Yonne, à une vingtaine de kilomètres de la ville d'Auxerre. 
 
Tout commence en novembre 1731, quand un jeune garçon de 12 ans, qui travaillait dans le bois de la commune avec sa mère, se fait attaquer par un « animal carnivore » qui tente de le dévorer.
Sa mère, qui se trouve alors à proximité, réussit, malgré la violence de la situation, à le sauver des griffes de la bête, mais il décédera des suites de ses blessures sur le chemin du retour. 
 
D'autres attaques suivent, toutes aussi brutales les unes que les autres, à tel point que le roi Louis XV promet une prime de 200 livres à celui ou celle qui fera trépasser l'animal. 
 
Suite à cette annonce, de nombreuses battues sont organisées, durant lesquelles de nombreux loups sont abattus.
La méthode utilisée par les villageois afin de piéger la bête consiste à empoisonner des carcasses de mouton et de les laisser traîner dans les champs, en guise d'appât. Les attaques continuent malgré tout de se succéder... 
 
La bête fait également un passage à Mailly-la-Ville, où un autre enfant, qui jouait devant chez lui, se fait tuer par le monstre.
Sa nourrice, qui a tenté de venir à son secours, n'aurait pu sauver que le pied du garçon, après avoir tenté de l'extirper de la gueule de la créature.
 
En ce mois de novembre de l'année 1734, le taux de mortalité est excessivement haut, surtout qu'il s’agit de décès dus à des morsures d'animaux carnivores.
Le curé de la paroisse du Val-de-Mercy, qui tenait le registre des décès, comptabilise alors vingt-huit victimes, dont 9 enfants, 9 femmes et 10 hommes. 
 
Un peu plus tard, deux autres loups seront tués et les attaques cesseront tout à coup, mais encore aujourd'hui, personne ne peut indiquer si l'un d'eux était le responsable des massacres. 
 
En 1817, de nombreuses personnes se feront à nouveau agresser aux mêmes endroits qu'en 1731, probablement par une autre bête, car 80 années ont passé depuis les premiers décès, dans la forêt de Trucy.
Deux enfants se feront dévorer, à Fouronnes et à Charentenay.
Ces nouvelles attaques dureront 6 mois, après quoi, la créature disparaîtra subitement. 
 
Depuis, de multiples rumeurs circulent quant à l'origine de la bête de l'Auxerrois, certains la présentant comme un loup, un tigre, un chien ou encore une hyène.

Rédigé par Paco Savannah

Publié dans #Légendes

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :